ils persévéraient dans la doctrine des apôtres, dans la communion,  dans la fraction du pain et dans les prières.

Actes 2.42

21 mars 2011

Livre  Église-maison :

 

le ministère des anciens

 

Recevez par courriel chaque semaine une méditation biblique

 

Documents audio

·         La réunion interactive

·         Le Repas du Seigneur 1

·         Le Repas du Seigneur 2

·         Le Repas du Seigneur 3

·         La communion

·         Aimer son prochain

·         Aimer Dieu

·         L’amour de Dieu

 

 

L’actualité commentée

 

 

      Nous avons affirmé plus tôt dans ce livre que l’idéal est un gouvernement par consensus de l’église entière et que les églises devraient être conduites et non dominées par les anciens. Si c’est le cas, avons-nous réellement besoin des anciens dans l’église? Quelle est leur fonction? 

 

Les avantages à avoir des anciens

        Ce serait une grande erreur de conclure que les anciens ne sont pas nécessaires à la vie d’église. Paul a fait la mise en garde qu’« il s'introduira parmi vous des loups ravissants, qui n'épargneront point le troupeau » (Ac 20:29). Certains loups provoquent des schismes, d’autres apportent de fausses doctrines et d’autres pratiquent l’immoralité. Trop souvent, les églises-maison qui n’ont pas d’anciens compétents se retrouvent dans une sorte d’impasse spirituelle. Personne ne prend la responsabilité de diriger. Personne n’indique la direction à prendre. Les choses suivent leur cours. La discipline est minimale. Bien souvent, cela devient comme des aveugles guidant des aveugles. L’ignorance commune devient la norme pour « l’enseignement ». Des péchés évidents sont ignorés. Des problèmes sociaux ne sont pas résolus. L’église peut ainsi devenir vulnérable aux loups déguisés en brebis.

        Pendant la Deuxième Guerre mondiale, à la bataille de Midway, un escadron torpilleur aérien américain (VT-8), du porte-avion Hornet, a attaqué la flotte d’invasion japonaise. Malheureusement, l’escadron a reçu l’ordre d’attaquer sans escorte de chasseurs. Tout comme la charge de la brigade légère, cela s’est avéré suicidaire. Un seul pilote a survécu. Les anciens doivent être à l’église ce que les avions de chasse américains auraient été aux bombardiers : une protection. L’un des ministères importants des anciens est la défense contre les loups sauvages. Par exemple, les anciens sont les hommes qui peuvent « convaincre » ceux qui s’opposent à la saine doctrine (Tt 1:9).

       La réalité, c’est que les églises-maison ne sont pas encore populaires dans le christianisme occidental.  Elles sont donc plus à risque d’attirer tous les hérétiques, les rebelles ou les inadaptés ambulants des environs. Sans anciens à l’affût afin d’intercepter et de s’occuper de telles personnes, une église-maison est particulièrement vulnérable à l’abus, aux conflits, à la frustration et même aux divisions.

        En plus de repousser les loups, les anciens servent le corps de bien d’autres façons. À bien des égards, une église sans anciens ressemble beaucoup à une famille sans père. Des anciens compétents dirigent, enseignent, font la discipline, aident l`église à atteindre le consensus, favorisent la croissance des saints, forment les futurs responsables, guident par l’exemple et préservent la vérité (Ac 20:25-31, Ep 4:11-13, 1 Tm 1:3, 3:4-5, 5:17, 6:20, 2 Tm 1:13-14, 2:2, 15, 3:16-17, 4:2-4, Tt 1:9, 13, 2:15 et He 13:17). Les responsables de l’église sont des hommes matures qui surveillent, guident, enseignent, équipent et encadrent. Parfois, ils devront inciter un contradicteur à se soumettre à leur autorité (He 13:17).

       

Consensus d’assemblée sous la conduite des anciens

       Un important ministère des anciens est la direction. Tous s’entendent pour dire que le Seigneur Jésus est la tête de l’église (Col 1:15-20). On peut donc dire que l’église est sous une dictature (ou une théocratie) dirigée par Christ à l’aide de Sa Parole écrite et par l’influence du Saint-Esprit (Jn 14:25-27; 16:12-15; Ac 2:42; Ep 2:19-22; 1 Tm 3:14-15). Selon ce modèle organisationnel qui commence par la tête, qui est ensuite en position d’autorité?

        En parlant des anciens de l’église d’Éphèse, Paul a dit « Prenez donc garde à vous-mêmes, et à tout le troupeau sur lequel le Saint-Esprit vous a établis évêques, pour paître l'Église de Dieu, qu'il a acquise par son propre sang. » (20:17, 28). L’emploi des termes évêques et bergers suggère certainement la fonction de supervision des anciens. Quand il écrit à Timothée au sujet des critères pour être ancien, Paul a demandé « Car si quelqu'un ne sait pas conduire sa propre maison, comment gouvernera-t-il l'Église de Dieu? » (1 Tm 3:5). Cela suggère que les anciens ont un rôle de direction. Pierre a demandé aux anciens « Paissez le troupeau de Dieu qui est au milieu de vous » (1 P 5:2). Encore une fois, les anciens sont décrits par leur rôle de responsable.

        1 Timothée 5:17 fait référence aux anciens qui dirigent bien les choses de l’église. 1 Thessaloniciens 5:12 demande aux frères de respecter ceux « qui travaillent parmi vous, et qui président sur vous ». Hébreux 13:7 commande « souvenez-vous de vos conducteurs ». Sur cette même lancée, Hébreux 13:17 ajoute « Obéissez à vos conducteurs et soyez-leur soumis, car ils veillent sur vos âmes, comme devant en rendre compte ». Tout ceci indique qu’il doit y avoir des hommes qui dirigent dans l’église. On appelle souvent ces responsables les anciens ou les évêques.  

        Pour ce qui est des différences entre ancien, évêque et pasteur (berger), une étude attentive d’Actes 20:17, 28-30, Tite 1:5-7 et de 1 Pierre 5:1-3 démontre que ces mots sont employés comme synonymes. Les trois font référence à la même personne ou au même ministère. Les distinctions modernes entre eux sont purement artificielles et sans fondement biblique.

        Si on les prend séparément, les références bibliques mentionnant les évêques qui « dirigent » peuvent facilement mener à une mauvaise compréhension de la façon que les anciens doivent fonctionner. Il faut gratter en dessous de la surface. Prenez en considération les étapes de la discipline de l’église décrites dans Matthieu 18:15-17 concernant le processus de décision de l'église (voir aussi 1 Corinthiens 5:1-5; Galates 6:1). Remarquez que l’église entière doit participer à la décision d’exercer la discipline. Remarquez aussi qu’on ne demande pas aux anciens d’examiner d’abord les cas avant qu’ils parviennent à toute l’assemblée ou que les anciens exercent eux-mêmes la discipline. La décision revient à toute la congrégation.

        On assiste à ce processus de groupe dans Actes 1:15-26. L’apôtre Pierre a remis à toute l’église la tâche de trouver quelqu’un pour remplacer Judas. Dans Actes 6:1-6, les apôtres convoquent « la multitude des disciples » et leur demandent de choisir des administrateurs pour l’aide que l’église apporte aux démunis. Ces deux exemples démontrent la participation de la congrégation.

        Paul a écrit à « tous » (1:7) les saints de Rome et n’a pas fait de mention spéciale des anciens. Les lettres aux Corinthiens sont adressées à l’église de Corinthe (1 Co 1:2, 2 Co 1:1). Encore une fois on ne met pas l’accent sur les évêques. Cela est d’autant plus étonnant quand on constate que ces épîtres traitent de la discipline de l’église, du mariage, du Repas du Seigneur et des réunions interactives. La salutation dans Galates 1:2 s’adresse aux « églises » de Galatie. Le message ne passait pas d’abord entre les mains des responsables. Les « saints à Éphèse » (1:1) étaient les destinataires de cette lettre (Ep 1:1). Dans Philippiens 1:1, les saints font l’objet d’une attention égale à celle portée aux évêques et aux diacres, qui sont mentionnés à la fin de la salutation. Dans Colossiens 1:2, la salutation est faite aux « frères en Christ, les Saints et les fidèles à Colosses ». Cela signifie que les anciens eux-mêmes étaient des brebis. Les anciens sont un sous-groupe de l’église dans son entier. Il n’y avait pas de distinction entre le clergé et les laïcs.

        On constate aussi cette absence de mention des responsables dans 1 Thessaloniciens 1:1; 2 Thessaloniciens 1:1; Jacques 1:1; 1 Pierre 1:1; 2 Pierre 1:1; 1 Jean 2:1,7 et Jude 1:1. En fait, le livre d’Hébreux a été écrit à un groupe de croyants et ce n’est qu’au tout dernier chapitre que l’auteur leur a demandé « saluez tous vos conducteurs » (13:24). Il n’a même pas salué directement les responsables!

        On peut observer plusieurs choses dans la façon dont les auteurs du Nouveau Testament s’adressent directement aux églises en entier. Ils faisaient beaucoup d’efforts pour influencer les croyants ordinaires. Les apôtres n’ont pas simplement lancé des ordres et émis des injonctions (comme un commandant militaire le ferait). Ils ont plutôt traité les autres croyants comme leur égal et se sont adressés à eux de cette manière. On traitait sans doute les responsables d’église locaux de la même façon. Leur autorité résidait premièrement dans leur habileté à influencer à l’aide de la vérité. Le respect qu’ils recevaient était honnêtement gagné. C’est tout à fait à l’opposé de l’autorité militaire où les soldats respectent le rang, mais pas nécessairement l’homme.

       Hébreux 13:7 démontre que le type de direction favorisé par les responsables de l’église est la direction par l’exemple : « Souvenez-vous de vos conducteurs […] et considérant l'issue de leur vie, imitez leur foi ». Dans cette même pensée, 1 Thessaloniciens 5:12-13 révèle que les anciens doivent être respectés en raison de la valeur de leur service, et non en raison d’une autorité gagnée automatiquement grâce à un statut — « et d'avoir pour eux le plus grand amour, à cause de leur œuvre ». Jésus a dit « Vous savez que les princes des nations les dominent, et que les grands leur commandent avec autorité. Mais il n'en doit pas être ainsi parmi vous; au contraire, quiconque voudra être grand parmi vous, qu'il soit votre serviteur. Et quiconque voudra être le premier entre vous, qu'il soit votre esclave » (Mt 20:25-28).

        Dans le Nouveau Testament, le mot église est employé quelques fois afin de désigner l’église universelle. Mais la plupart du temps, il désigne les églises locales organisées. Aucune église organisée ne devrait être plus grande qu’une seule congrégation et aucune église n’a de juridiction officielle ou d’autorité sur une quelconque autre église (bien qu’il y ait généralement une coopération et un soutien entre les églises). Idéalement, chaque église-maison est dirigée par son (ses) propre(s) ancien(s). Les anciens ont tous une autorité égale. Il ne doit pas y avoir de pasteur principal ou d’évêque responsable d’une ville. L’autorité d’un responsable est premièrement basée sur son habileté à persuader à l’aide de la vérité. Il doit diriger par l’exemple et non pas traiter l’église avec condescendance (1 P 5:3). L’administration de l’église est donc un processus dynamique d’interaction, de persuasion et d’opportunité entre les bergers et les brebis.

        Les commentaires de Jésus sur la direction doivent nous guider du début à la fin dans notre compréhension de l’autorité des anciens (Lc 22:24-27). Le docteur Hal Miller a fait remarquer avec raison : « L’enseignement troublant de Jésus à ses disciples au sujet de l’autorité s’oppose à l’expérience qu’ils en ont avec toutes les autres sociétés. Les rois des Gentils, dit-il, traitent de haut leurs sujets et en font une bonne chose en s’appelant eux-mêmes des « bienfaiteurs ». Ils exercent leur puissance et essaient (tant bien que mal) de faire croire aux gens que c’est pour leur bien. Il ne devrait jamais en être ainsi dans l’église. Au contraire, dans ce cas celui qui est un responsable est comme un esclave et celui qui dirige est comme le plus jeune (Lc 22:24-27). De peur d’oublier cet aspect important, on devrait arrêter de considérer le plus jeune et les esclaves comme étant ceux qui n’ont aucune autorité, comme c’est le cas par définition. Néanmoins, la direction parmi le peuple de Jésus est de cette façon. »1

          Bien qu’ils étaient dans les faits des ouvriers apostoliques, Timothée et Tite ont manifestement été des anciens provisoires jusqu’à ce que des hommes de la localité soient choisis. On peut s’attendre à ce que les anciens choisis plus tard aient fait le même genre de choses sur le plan local que ce que les ouvriers apostoliques temporaires avaient fait (1 Tm 1:3, 4:11, 5:17, 6:17, Tt 1:12-13, 2:15, 3:10). On voit donc qu’il est approprié pour un ancien qui remplit sa tâche comme un serviteur de reprendre, parler, enseigner et guider avec autorité. Un ancien doit « bien diriger » et « conduire » l’église en prenant l’initiative d’encourager et de protéger. Étant un croyant mature, sa compréhension de ce qui est une bonne ou une mauvaise conduite sera probablement juste. Un ancien sera généralement l’un des premiers à détecter et à gérer les problèmes. Il doit être proactif au lieu de seulement réactionnaire. Cependant, si ceux qu’il confronte refusent de l’écouter, l’ancien doit en dernier recours remettre le problème entre les mains de l’église entière selon le processus dans Matthieu 18. Bien qu’un ancien soit essentiel au processus de consensus, l’autorité revient toujours, en fin de compte, à l’église entière (consensus d’assemblée).

        Il y a un équilibre fragile à atteindre entre le rôle de direction des anciens et la responsabilité de la congrégation à prendre des décisions. À un extrême, vous avez un pape. À l’autre, vous avez un bateau sans gouvernail. À la base, les arguments en faveur de la direction des anciens et ceux en faveur de la responsabilité de groupe de l’église entière sont tous valides. D’un côté, des anciens dirigent par l’exemple, guident à l’aide d’enseignements et modèrent le va-et-vient des discussions de l’assemblée. De l’autre côté, on a le troupeau. L’église prend la décision finale ensemble, mais on l’exhorte toutefois à suivre ses anciens et à se laisser persuader par les arguments de leurs responsables (He 13:17). Les paroles des anciens ont du poids seulement dans la mesure où les gens les considèrent. Les anciens méritent d’être estimés en raison de la fonction que Dieu leur a donnée (1 Tm 5:17).

 

L’établissement des anciens 

       Comment devrait-on choisir les anciens? Tous les conducteurs potentiels doivent répondre à une longue liste de critères (1 Tm 3:1-7; Tt 1:5-9). La volonté et la capacité d’un homme à être ancien dépendent évidemment de l’œuvre du Saint-Esprit (Ac 20:28). Lorsque ces critères sont remplis, l’ancien en devenir est alors choisi. Dans Actes 14:23, Paul et Barnabas semblent avoir fait le choix, et Tite a été laissé à Crête par Paul pour établir des anciens (Tt 1:5). Comme Nee l’a remarqué « ils ont seulement établi comme anciens ceux que le Saint-Esprit avait déjà désignés comme conducteurs de l’église. »2

       Après que les apôtres (missionnaires/implanteurs d’église) aient choisi les anciens et soient partis, c’est le silence presque complet sur comment les anciens étaient ou devaient être choisis. Suivant les principes d’Actes 1:15-26 et 6:1-6, on pourrait conclure que les anciens suivants ont été choisis par toute la congrégation (selon les critères établis dans 1 Timothée 3:1-7), sous la direction des anciens en place et sous le conseil de ministres itinérants qui ont gagné le droit d’être entendu par la congrégation locale.

 

Le conseil des anciens -

        Selon le modèle du Nouveau Testament, chaque église-maison doit être dirigée par un groupe de frères égaux (dont quelques-uns sont anciens) qui dépendent les uns des autres, sont responsables les uns envers les autres, se soumettent les uns aux autres et exercent ensemble un ministère. Doit-il y avoir un ancien par église, plusieurs anciens par église ou plusieurs églises pour un ancien? Selon Actes 14:23, Paul et Barnabas  « établirent des anciens dans chaque église ». Il semble que ce qui est biblique est une pluralité d’anciens dans chaque église. 

       Cependant, il peut y avoir de la confusion car le Nouveau Testament parle parfois d’une seule église dans certaines villes. Par exemple, Actes 8:1 mentionne : « l’église de Jérusalem ». Paul a écrit « à l’église de Dieu qui est à Corinthe » (1 Co 1:2) et à « l’église des Thessaloniciens » (1 Th 1:1). Jésus a dit à Jean d’écrire à « l’église » de Smyrne, « l’église » de Pergame, etc. (Ap 2:1, 8, 12, 18; 3:1, 7, 14) C’est possible que ces exemples reflètent la doctrine selon laquelle il n’y a qu’une seule église par ville. Comme il y a selon la Bible qu’une seule église universelle, certains affirment que, d’un point de vue philosophique, il n’y a qu’une seule église par ville. Néanmoins, comme l’église universelle est une réalité abstraite sans organisation externe, le concept d’église unique par ville serait lui aussi une réalité abstraite, sans organisation externe. Une étude attentive du Nouveau Testament révèle que bien que toutes les églises étaient unies sous Christ la tête, il n’y avait aucune organisation ecclésiastique externe les unissant. Bien qu’elles coopéraient volontairement, chaque église était autonome. Leur union était celle d’un lien très fort, l’unité spirituelle de la vie dans le Seigneur. Bien qu’indépendantes d’un gouvernement externe, elles étaient interdépendantes par la responsabilité qu’elles avaient les unes envers autres (voir 2 Co 8-9). Alors, d’un point de vue philosophique, il n’y aurait qu’une seule église à Atlanta, une seule à Londres, une seule à Moscou, etc. Chacune de ces églises abstraites serait constituée de plusieurs églises-maison locales, organisées et autonomes. Si ce point de vue est juste, la pluralité des anciens mentionnée dans les Écritures pourrait désigner une pluralité par ville, et pas nécessairement dans chaque église-maison. 

        Est-ce que la pluralité des anciens a servi l’église de la ville entière ou bien seulement quelques églises-maison individuelles? Il est évident dans Philippiens 1:1, 1 Timothée 4:14 et Tite 1:5 que les anciens travaillaient ensemble. Cependant, ce serait une erreur d’en conclure qu’ils dirigeaient ensemble plusieurs églises comme une sorte de conseil de direction par des anciens. Puisque l’autorité d’un ancien repose premièrement sur son habileté à persuader à l’aide de la vérité et puisque le respect qui lui est donné est gagné par l’interaction personnelle, en aucune façon un conseil des anciens ne pourrait diriger un groupe d’églises. Idéalement, chaque église-maison devrait avoir son (ses) propre(s) ancien(s). Dans le cas d’une période de transition où une église-maison n’a personne répondant aux critères d’un ancien, on pourrait recourir à une direction temporaire de la part d’un implanteur d’église reconnu, un missionnaire, un ancien d’une église près ou d’un pasteur-enseignant itinérant (Ep 4:11). 

 

Conclusion

        Harvey Bluedorn donne cet excellent résumé biblique du ministère et de l’autorité des anciens :

1. Le standard du Nouveau Testament — Tout comme le modèle des choses montrées à Moïse a servi de plan au tabernacle (Ex 25:9,40; 26:30; 39:42,43; Ac 7:44; He 8:5) et que le modèle des choses montrées à David a servi de plan au temple (1 Ch 28:11-13,19), ainsi le modèle des choses montrées dans le Nouveau Testament sert de plan à l’assemblée, le temple de Dieu (1 Co 3:9,16,17; 6:19,20; 2 Co 6:16; Ep 2:21,22; 4:13-16; 1 Tm 3:15; 1 P 2:5,9; Ap 1:6; 3:12; 5:10; 20:6).

2. Des responsables qui servent — Les responsables sont nécessaires au fonctionnement d’une assemblée. Le Seigneur Jésus suscite des hommes parmi les membres du corps et les équipe afin de satisfaire les critères établis. Inévitablement, ils vont se démarquer des autres, ce qui deviendra évident pour l’assemblée; l’assemblée devra formellement reconnaître l’appel du Seigneur sur ceux à qui le Seigneur a vraiment donné des dons et équipé afin de servir comme des guides, des enseignants, et des modèles pour tout le corps. De tels serviteurs sont appelés des anciens ou des évêques, des bergers ou des enseignants. (Tt 1:5, Ep 4:11).

3. Plusieurs anciens — Généralement, un bon nombre d’anciens se démarqueront des membres de l’assemblée (Ac 14:23), bien que dans une toute nouvelle assemblée, cela puisse prendre quelques temps avant que le Seigneur équipe et rende des hommes aptes à être anciens (Lc 12:42; 1 Co 4:2; 1 Tm 3:6,10; 5:22; Tt 1:5; He 5:12,13). Parmi les pasteurs-anciens, quelques-uns sont particulièrement qualifiés pour discourir et enseigner (Ep 4:11; 1 Th 5:12,13; 1 Tm 5:17).

 4. Des décisions prises d’un commun accord — Les décisions doivent être prises avec l’accord de toute l’assemblée, représentée par les hommes de l’assemblée, à l’aide du conseil et de l’avis de leurs serviteurs, les anciens. Les hommes peuvent aussi, d’un commun accord, déléguer certaines décisions rapides à quelqu’un, y compris un ancien, mais ils doivent se réserver le droit de prendre la décision eux-mêmes ou de déterminer une politique dans le cas de telles décisions. Ils peuvent aussi exiger que ceux à qui ils ont délégué ces décisions fassent un rapport complet et en rendent compte à l’assemblée.

 5. Les anciens sont des serviteurs, et non des seigneurs — La Parole de Christ règne par Son Esprit parmi Son peuple dans les cœurs régénérés et les esprits renouvelés des membres de l’assemblée en les guidant vers une entente mutuelle, un accord unanime, ou un consensus. Les anciens conduisent par l’autorité morale d’un serviteur qui sert par la parole et par l’exemple et qui reçoit le respect pour ce qu’il donne et non pour ce qu’il requiert. Les anciens ne dirigent pas comme des autorités indépendantes. Leur rôle est de conseiller et de superviser, et non de commander et d’imposer la soumission par une autorité condescendante. Les anciens sont des instruments par leur direction, leurs enseignements et leur exemple et en guidant l’assemblée vers le consensus; mais toute autorité repose en Christ seul. Tous les membres — y compris les anciens — se soumettent au Seigneur et ensuite les uns aux autres dans le Seigneur — de même que les anciens, qui se soumettent aux autres membres et aussi aux autres anciens. En d’autres mots, il n’y a pas de hiérarchie — Dieu, ensuite Christ, ensuite les anciens, ensuite les membres — mais seulement un réseau de soumission. Les anciens ont le poids d’une plus grande soumission et responsabilité parce qu’ils sont les serviteurs de toute l’assemblée. Seuls ceux qui s’humilient eux-mêmes comme serviteurs devant le Seigneur et Son assemblée peuvent être élevés à ce niveau de responsabilité. En raison de la nature de cette charge, ceux qui s’élèvent eux-mêmes en autorité sur les autres se disqualifient en fait eux-mêmes d’une charge de service.

 6. Les saints sont des rois et des sacrificateurs — C’est une violation grave de la conscience d’un adulte que de traiter les saints comme des enfants sous la seigneurie des anciens. De traiter les saints comme des enfants aura pour effet qu’ils demeureront des enfants, qui se donnent en esclavage, ou bien ils se rebelleront. Les anciens exercent une autorité appropriée comme des pères sur leurs familles, mais leur rôle dans l’assemblée n’est pas celui de pères et de seigneurs sur leurs enfants et serviteurs; ils sont comme des frères plus âgés dans la foi et des serviteurs humbles envers tous.

 7. Une assemblée délibérante — L’assemblée est un corps délibérant. Les hommes de l’assemblée sont encouragés à interagir de manière ordonnée par rapport à la lecture, l’exhortation, et l’enseignement dans l’assemblée, peu importe sous quelle forme cette interaction arrive – par une lecture instructive, par la discussion et la considération sérieuse de propositions des Écritures, par un débat logique des points de vue sur une question ou par une consultation sur des questions pratiques. Ce n’est pas une réunion de quakers du genre « peu importe où l’esprit nous guide », ni une réunion de famille ou d’amis faite d’affirmations incontestables de la part des chefs de famille, ni une réunion d’adoration en guise de divertissement; mais c’est un processus d’apprentissage authentique et de formation de disciples qui édifie et mène l’assemblée vers une maturité en Christ à l’aide de l’interaction des hommes de l’assemblée.

 8. La responsabilité individuelle de la congrégation — Chaque congrégation constitue sa propre communion et est indépendamment responsable devant le Seigneur. Cependant, toutes les vraies congrégations existent au sein du même royaume spirituel. Elles dépendent du même Seigneur et elles coopèrent selon que les circonstances le requièrent et le permettent, autant sur le plan des individus qu’au niveau des congrégations. Il ne devrait pas y avoir de jalousie impie entre les croyants ni entre les différentes assemblées.

 

— Steve Atkerson

08/21/07

 

Notes

1 Hal Miller, “As Children and Slaves:  Authority in the New Testament,” Voices, (Salem, MA:  March/April 1987), 6-7, 20-21.

2 Watchman Nee, The Normal Christian Church Life (Colorado Springs, CO: International Students Press, 1969) 41. 

 

 

Questions à discuter

1.  Pourquoi a-t-on besoin des anciens dans l’église? Quelle est leur fonction?

2.  Selon le modèle organisationnel qui commence par Christ, la tête, qui vient ensuite en autorité?

3.  Quelle est la différence entre un ancien, un surveillant (évêque) et un pasteur?

4.  Pourquoi les responsables de l’église ne sont pas mentionnés dans les salutations des épîtres, et pourquoi on ne s’adresse même pas à eux ou on ne leur écrit pas dans des épîtres en entier?

5.  Dans Luc 22:24-27, quels exemples Jésus a-t-il donnés concernant l’autorité qu’ont les responsables d’église sur l’église?

6.  Pourquoi les anciens n’ont-ils pas été mentionnés dans le processus de discipline ecclésiastique dans Matthieu 18?

7.  Comment les anciens devraient-ils être choisis?

8.  Une pluralité d’anciens servait-elle l’ensemble de l’église d’une ville ou bien seulement des églises-maison individuelles?

9.  Une église sans ancien est-elle réellement une église?

10.  Quel aspect du résumé du ministère des anciens de Harvey Bluedorn avez-vous trouvé le plus intéressant?

11.  En général, quel genre d’homme l’église devrait-elle considérer pour ancien selon 1 Timothée 3 et Tite 1?

12.  Les critères pour être ancien se rattachent-ils principalement au caractère ou aux compétences (1 Tm 3, Tite 1)? Expliquez.

13.  Pourquoi est-ce si important qu’un homme remplisse les critères de 1 Timothée 3 et de Tite 1 pour servir en tant qu’ancien?

 

Remarque : La NTRF offre aussi des ressources pour l’enseignant afin de l’aider à diriger une discussion au sujet de la vie d’église du Nouveau Testament. Demandez The Practice of The Early Church: A Theological Workbook (Leader’s Guide) à www.NTRF.org.

 

.

 

 

Chapitre 9

Chapitre 11

Table des Matières

Frais de livraison

 

 Ce site est une gracieuseté de

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : logo toisuismoi.ca